Accueil > Activités > Arts et techniques > La musique des Sphères

La musique des Sphères

lundi 29 mars 2010, par gepeto

Ce jeu de rôle grandeur nature est basé sur l’idée des cycles, des fréquences, de l’harmonie et de l’anharmonie, du relatif et du collectif.

Entrez dans son histoire.

Présentation

Connaissez vous le chant des étoiles ?

Savez-vous que l’harmonie fait partie du temps ?

Nous recherchions des dieux, écrivant l’histoire, décidant des tracas et des bonheurs du monde.

Savez-vous que ces dieux sont des compositeurs, ceux de la musique de notre vie ?

Chaque petite chose vibre, à sa manière, chaque être s’accorde à son histoire, chaque événement décrit la partition de la vie, du monde.

Les physiciens ont imaginé la théorie des cordes pour tenter de comprendre notre monde.. c’est presque ça, presque la vérité.

Lorsque vous aurez compris comment savoir à quelle fréquence, à quelle note, à quelle tempo vous vibrez, vous vivez, vous pourrez confronter alors votre conscience du déroulement de cette musique et ré-interpréter le chant du temps.

Savez vous qu’il y a des chefs d’orchestres ? Que, bien que nous soyons tous des humains, plusieurs gammes, plusieurs sonorités font écho, résonnent en nous ?

Nos fréquences, nos amplitudes, amortissements, seuils nous caractérisent.

Et notre vie est une partition !

La musique des sphères est un jeu de rôle grandeur nature, basé sur les cycles, le temps et l’énergie. Tout n’est que sonorité, harmonie, chaos, résonnance, bruit et musique.

Le monde a engendré de multiples différences, enfouies au plus profond de nous, elle résonnent en nous, nous faisant vibrer et tendre vers ce que nous ressentons. L’histoire nous a modeler comme le soc de la charrue dans la terre des sons. Chacun-e a sa propre manière d’écouter, d’entendre, les sonorités, et sa façon de les ré-interpréter. Nos rythmes sont binaires, ternaires, nos structures tonale, nos gammes majeures, mineures ; il n’y a pas de plus ou de moins, de juste ou d’injuste. Ce qui peut être bien pour l’un ne s’accorde pas pour l’autre.

Nos fréquences se mèlent à celles des autres, elles s’ajoutent, se retranchent, s’opposent. La résonnance peut modifier bien des choses, jusqu’à la partition elle-même. Elle peut aussi être fatale. Ce que vous ne pouvez atteindre seul, peut être qu’en vous accordant à d’autres ou, au contraire, en faisant résonner le bruit, le chaos... vous pourrez apprendre.

Le monde n’est que musique et son. Les objets résonnent, les objets filtrent. Le chemin de l’existence, le temps, s’infléchissent vers cette dimension régie par la musique des sphères.

Certain-e-s peuvent deviner, lire les partitions, d’autres peuvent l’écrire : grands mages, démons, demi-dieux... Nul-le ne sait, ou si peu...

Ce que l’on sait, c’est que nos accords sont le résultat d’une multitude. Souvent, s’allier est nécessaire pour rejouer les rythmes, transcrire la partition, l’histoire, changer... Mais la chose est complexe et surprenante.

Heureusement certain-e-s savent.

Ils ont appris que l’espace recèle bien des dangers, l’entropie, le chaos. Ils nous ont montré comment voir, entendre, capter, écouter et comprendre. Ils nous montrent comment jouer, se déjouer et rejouer ces sons pour écrire notre vie !

Déroulement du jeu

- Comme dans tous jeux, il est nécessaire de comprendre les règles. Une séance d’initiation précipite le novice dans son nouvel univers, celui de tous les jours, mais vu à travers sa stase.

Au début du jeu, les stases (matériel électronique, ordinateur, interface de communication, ...) sont confiées aux joueur-se-s.

- Le joueur-se est cette entité, être double, hybride - ou plutôt symbiotique machine/humain - pour la durée de la séance ;
- Le joueur-se découvre l’histoire et construit sa quête avec les autres joueur-se-s présent-e-s ;
- À la fin de la séance, ce symbionte se sépare. Le joueur humain d’un côté, le personnage numérique de l’autre. Mais la partie continue sur Internet, à travers les réseaux. Les objets, eux, ne changent pas de dimension.

Principes de jeux

à faire...

Techniques

Pour le moment, il semble qu’un système embarqué à base de nslu2 et divers péripheriques USB soit le plus simple et fiable.

- le réseau wifi est utilisé par les joueur-se-s ;
- un 2ème réseau radio sert à la mécanique de jeu (données sur les ondes AM).

Interfaces embarquées

- Une grande partie des informations passe par le son ;
- Un petit panneau d’affichage tactile permet la visualisation des caractéristiques du personnage, la sélection et l’action.

Communications et réseaux

à faire...